Hello tout le monde,

Bon, nous sommes totalement à la bourre quant à l'actualisation du blog.. Nous enchainons les villes, les visites, les rencontres.. ça laisse peu de temps pour se poser et écrire. Les photos s'accumulent, faut les trier.. Bref on va prendre le temps de le faire :)

Voilà quelques trucs qui nous sont arrivés entre le 14 et le 24 novembre.

Cette période a été assez éprouvante, sur les 10 jours, j'ai été malade les 5 premiers.. Et nous avons fait notre baptême des pièges à touriste et des galères en Inde.

1 - réserver un billet de train par le net
2 - réserver un billet de train à la gare de New Delhi
3 - transporter des bijoux à Jaipur
4 - rentrer chez soit de nuit à Pushkar

1/ réserver un billet de train par le net

On s'est dit que ce serai pratique de pouvoir booker nous même les trains pour le voyage, histoire de pas avoir à subir la désinformation des agences de voyage peu scrupuleuses. Nous voilà donc parti sur le site pour réserver. Nickel, on trouve le bon train, aux bons horaires, dans la classe qu'on veut. OK, on paye par cb, on imprime le billet. Là, on se rend compte que c'est un billet en waiting list.. bon apparement, on a quand même très souvent le train.

On part donc pour Haridwar. Arrivée en début d'après midi, on va à la gare se renseigner pour notre train qui est le soir à 23h30. Radicalement differente de Rishikesh, Haridwar, une des 7 villes saintes de l'Inde, où nombre d'Hindous vont en pélerinage, compte beaucoup de touristes, mais des touristes indiens. Les occidentaux on les cherche. Où qu'on soit, les gens autour nous regardent. Enfin, surtout Marie en fait :)

On finit par trouver la bagagerie dans l'immense bordel de la gare, on y pose nos sacs, et on en profite pour demander à l'employé si notre billet est valable tel quel. Apres avoir lu notre billet imprimé, il nous dit que c'est ok, on peut monter dans le train comme ça. Bon, faut savoir qu'ici, mieux vaut demander à plusieurs personnes, histoire d'etre sur..

On se dirige donc vers un guichet "booking", et c'est parti pour la premiere file d'attente. Toutes les indications étant écrites en hindi, difficile de comprendre quelque chose..
C'est assez drôle les files d'attente, les indiens veulent toujours vous doubler, quelque soit la longueur de la file d'attente (ils se doublent aussi entre eux hein :)
On finit par arriver au guichet, on donne notre billet, le gars semble un peu perplexe, lit toute la page, pour finalement nous dire qu'il faut qu'on aille à un autre guichet, un peu plus loin. Bon, cette fois ci, y a écrit "Reservation".. nouvelle file d'attente, même cinéma, il nous dit qu'il faut qu'on aille au guichet juste à côté, mais il n'y a personne pour l'instant. On patiente, le gars arrive, pour finalement nous dire de revenir apres 20h..

OK, on part visiter la ville, assister au Ganga Aarti, manger dans un bon resto, et retour à la gare.

L'ambiance a changé, plus de file d'attente aux quelques guichets encore ouverts, mais des indiens qui dorment, partout, allongés sur le sol, sous de grosses couvertures. Devant la gare, sur les quais, dans le hall, jusque sous les guichets, il sont partout et s'entassent :)


Une vache qui fouille les affaires des Indiens dormant dehors

On y retourne, personne, on attend un peu (faut être patient ici :), et le type fini par arriver. Il consulte son ordi, et nous donne notre nouvelle place dans la waiting list, 16 et 17e (on était 32 33 avant..). On essaie alors de savoir si on a une chance d'avoir le train ce soir, impossible d'obtenir une réponse.
On décide donc d'attendre 22h avant d'aller reconsulter notre place dans la waiting list; de toute façon on ne peut pas récupérer nos sacs, la consigne est fermée jusqu'à 22h30..

22h, retour au guichet. Plutôt que de nous donner comme on l'esperait notre nouvelle place, et enfin répondre à la question de savoir si on peut avoir ce foutu train ou pas, il nous informe qu'il ne peut rien faire pour nous, qu'il nous a déjà donné nos nouvelles places, et que de toute façon il ferme, faut qu'on aille voir à un autre bureau. Bon.


Ils sont partout.. :)

Recherche difficile du nouveau bureau en question, il s'agit en fait du "ticket office supervisor". Une piece qui donne sur le quai, au milieu de laquelle se trouve une grande table avec des gens qui s'activent dans tous les sens autour. On entre, on trouve un employé, lui explique la situation: en gros savoir si on peut prendre le train ou pas. Il lit l'intégralité de la page, pour la filer à un de ses superieurs. Nouvelle lecture du billet, et il sort alors un pavé de pages, listing des passagers. Et c'est parti pour une premiere recherche de nos noms dans le listing. Il ne trouve pas, le refile à un collègue, puis, un supérieur arrive, reprend la recherche en main, pour finalement la délaisser à quelqu'un d'autre.. c'est le bordel. Apparement c'est impossible d'avoir le train ce soir. Mais même quand à la fin on lui demande "donc c'est sur on ne peut pas avoir le train?", il répond par le classique balancement de tête à l'indienne qui peut vouloir dire : oui, non, peut être, je ne sais pas ou je ne comprends pas..

Bref, nous abandonnons l'idée de prendre le train ce soir. Nous décidons d'aller voir à la gare routière si un bus de nuit est possible pour Delhi. Nous arrivons à 22h45, un indien nous accoste, il s'occupe du bus pour Delhi, et le départ est pour 23h! Parfait, ou presque, car il s'agit d'un bus local, c'est à dire bien pourri, dans lequel les indiens s'entassent, et où tu fais des bonds de 20cm au dessus du siège sur les nombreux chaos de la route.

On finit par arriver en vie à Delhi à 5h. Rickshaw jusqu'à la guest house de Pahar Ganj, et par chance, le receptionniste était déjà debout. Reveil du boss pour négocier le prix de la chambre pour la fin de nuit.. on s'en tire pour 50Rps (250Rps la nuit normalement).

2/ réserver un billet de train à la gare de New Delhi

Bon là on a fait les bons touristes non avertis.. Nous sommes dimanche, et nous décidons de partir le lendemain pour Jaipur, notre première étape dans le Rajasthan. Vu la premiere expérience du billet électronique, on décide d'aller à la gare directement. Il est midi, les guichets ferment à 14h..
A l'entrée de la gare, un gars censé bosser là nous explique que vu l'heure, et la queue, on ferai mieux d'aller au DTTDC (Delhi Tourism and Transport..). On en a déjà entendu parlé, c'est dans le Lonely, et c'est pas trop loin. Ca parait une bonne idée. Le gars super sympa nous attrape un rickshaw, nous négocie un bon prix pour la course, et c'est parti.
On arrive dans Connaught Place, c'est le bon quartier, puis dans le bon "bloc". Depuis la rue, des panneaux indiquent le DTTDC, ça parait officiel, mais ça ne l'est pas..
Le gars au bureau essaiera juste de nous revendre son chauffeur pour parcourir le Rajasthan, 40 000Rps, ahah.
Nous partons donc, sans billet de train. De toute façon tout est complet pour le lendemain.. Mieux vaut réserver à l'avance le train ici.. :) Nouvelle leçon.
Bilan, on part le lendemain en bus.

3/ transporter des bijoux à Jaipur

On arrive à Jaipur (3 millions d'habitants), il est 21h et je suis toujours malade, le thermomètre indiquera 40° ;/
Du coup, on prend un hotel à proximité.

Une fois dans la chambre, nous recevons un appel de la réception, en francais. Marie répond, et un jeune Indien de 25ans se présente comme étant étudiant en peinture et apprenant le francais.
Il nous propose de m'amener voir un médecin ce soir, et surtout de nous faire visiter la ville le lendemain, lui permettant ainsi de pratiquer la langue. Marie décline et met fin à la conversation, sans accepter quoi que ce soit pour le lendemain.
Un peu plus tard, je descends à la réception, et le fameux étudiant, Krishna, m'interpelle. Il se représente, m'explique que ça lui ferai plaisir de parler francais, me donne sa carte pour que je l'appelle demain avant de partir afin qu'il nous prenne en charge. Je prends sa carte, sachant à l'avance que je ne l'appelerai pas, et le quitte là. (en tant qu'occidentaux, nous sommes systématiquement sollicités par des gens en tout genre, qui voient en nous de bons distributeurs à billets.. donc mieux vaut se renseigner à l'avance et choisir par soit même)

Après une nuit agitée, nous quittons l'hôtel à midi. A peine mis le pied dehors, un gars nous interpelle, Lucky. Il se présente, étudiant lui aussi, et ami de Krishna. Celui ci lui ayant demandé de venir nous récupérer dans la matinée, ça fait 2h maintenant qu'il nous attend là. Il parait sympa, nous propose de nous amener à la guest house de notre choix, ou du sien (les chauffeurs de rickshaw touchent des commissions en amenant des clients aux guest houses). Nous acceptons de voir celle qu'il propose, située dans un bon quartier et pas chère. Elle est plutôt bien, avec une terrasse sur le toit. En y arrivant, nous rencontrons un couple de francais, qui est là depuis 4 jours, et qui nous la recommande.

On s'installe sur la terrasse, Khrisna nous y retrouve. Nous faisons connaissance avec eux, autour de plusieurs verres de chai. Il nous repropose alors de nous servir de guide, c'est commun ici, prendre un rickshaw pour la journée, en general pour 300Rps. Il n'en a pas après notre argent, on lui donne ce qu'on veut à la fin de la journée, de 100 à 400Rps. Il nous propose également de nous amener à une soirée chez des amis à lui, qui prépareront à manger, acheteront des bières.. Il nous répéte que ça lui fait plaisir de parler francais, et que c'est bon pour son karma (vu depuis la France, ça doit paraitre n'imp, mais ici c'est pas choquant un gars qui tient un discours comme ça :)
On décline l'invitation pour le soir, pas vraiment confiance en eux, et encore un peu malade, ce qui servira d'excuse pour ce soir là.. (il proposera quand même d'amener Marie, mais non merci =)
Lucky nous fait faire une petite visite du centre de la ville, et nous présente leur professeur de peinture, qui nous fera une démonstration de leur technique à base de pierres colorées avec lesquelles ils peignent en miniature.
Il nous ramène, et nous fixons le rendez vous à 11h le lendemain matin pour faire la visite de la ville.

Ce soir là, c'est le départ du couple de francais rencontré un peu plus tôt dans la journée. Ils ont passé 4 jours avec leur guide, Sony, un gars bien, dont ils ont rencontré la famille, avec laquelle ils ont mangé plusieurs fois. Nous en profitons pour lui demander s'il connait Khrisna. C'est le cas, il nous affirme qu'il s'agit d'un chic type, et qu'on peut lui faire entierement confiance. Ca nous rassure pour le lendemain, et on arrete d'être parano.

11h, Khrisna arrive. On discute un peu autour d'un chai sur la terrasse, et établissons le programme de la journée. Il nous sort son carnet de recommandations, il est rempli de messages élogieux à son propos, dans toutes les langues..
Là, il nous explique que si on est interressé, il connait un bijoutier qui bosse avec des touristes, et qu'il peut nous proposer un petit travail qui rémunère bien. Hmm. Pas vraiment interressés, il insiste pour qu'on passe le voir, il est pas loin, et ce serai bête de passer à côté d'une bonne oportunité.

Un peu contraints, nous partons donc chez le fameux bijoutier. On entre dans un magasin propre, où ils nous font patienter. A partir de là, tout est royal, exemple: Marie a faim, ok ils vont lui chercher un mc do, et reviennent non pas avec un, mais 2 menus. Jus d'orange frais, coca, chai à volonté.. On demande un paquet de cigarettes, ils vont nous le chercher, n'en prennent pas un, mais deux.. sans qu'à aucun moment nous sortions d'argent. Tout est offert.
Un occidental traverse le magasin pour aller dans le bureau du boss, duquel il resortira un quart d'heure plus tard. On nous explique de pas parler business avec les autres occidentaux, tout le monde n'a pas les mêmes deals..
On finit par voir le chef, qui va nous expliquer le deal: les bijoutiers ont soit disant des cotas d'exportation, au delà d'un certain nombre, ils se retrouvent à devoir payer des taxes de 250% à l'état, argent qui va evidemment directement dans la poche des politiques corrompus. Afin d'éviter celà, ils passent par des touristes qui ramenent les bijoux dans leur pays. Fin d'année, approche de Noël, ils ont beaucoup de commandes et cherchent des touristes pour faire les coursiers.
Le principe est simple: ils nous font une facture à notre nom, nous amenent les bijoux à envoyer, que nous empactons nous même, devant eux, et que nous conservons avec nous jusqu'au bureau de poste de notre choix. Ils préfèrent passer par la poste, pour avoir une assurance au cas où le colis serai perdu/volé.
Tout est déclaré, les bijoux et leurs valeurs, également présentes sur le contrat d'assurance. Ca passe par la douane, c'est pas de la contrebande. Ils nous payent tous les frais, dont le billet allé-retour pour aller réceptionner le colis, moment auquel nous devons les remettre à leur intermédiaire en France, et qui procédera au paiement en liquide. Un peu trop beau pour être vrai cette histoire.
Lorqu'on les questionne, ils ont réponse à tout, et s'énervent un petit peu si on se montre trop suspicieux ("tu sais où est mon magasin, tu sais où je me trouve, moi je te connais pas")
Je prétexte un important coup de fil à passer pour quitter cette bijouterie. Khrisna nous ramene donc à la guest house, où il nous demande de faire nos affaires pour nous installer dans leur guest house, plus classe, tout offert et à volonté. Nous refusons de bouger. Mais il faut qu'on y retourne, ils sont censés nous montrer les bijoux, et on doit leur donner notre réponse.. Impossible de s'échapper facilement de cette situation, Khrisna qui parle francais est constament là, impossible de se parler librement.
On y retourne donc. On patiente dans le bureau du boss, le temps que les bijoux arrivent soit disant du coffre qui est à la banque. Il nous montre alors le dossier de l'anglais qu'on a vu passer dans le magasin un peu plus tôt dans la journée. Reçu de la poste, avec 10000£ de bijoux déclarés, reçu de l'assurance avec les mêmes valeurs, photocopie du passeport, du permis de conduire..
Les bijoux arrivent. Une quinzaine de bagues, serties de diamants. Ils veulent nous faire envoyer 15000€ de bijoux chacun. Soit 15 bagues d'une valeur de 30000€ au total. Vu la gueule des bagues, je doute qu'il y en ai pour plus de 5000€, mais bon, je suis pas connaisseur ^^.
Lorsqu'on se montre réticent au deal, ils montent d'un ton, comme quoi on serai stupide de ne pas accepter, qu'il n'y a pas d'embrouille. Oui oui. Depuis un moment, une pression permanente pèse sur nous. Impossible de partir comme ça.
Je prétexte devoir vérifier sur internet la marche à suivre pour importer des bijoux en tant que touriste, vérifier que ce soit bien légal. Ils finissent par nous lacher et accepter qu'on aille sur le net. Khrisna, rejoint maintenant de Lucky nous amenent donc dans un cyber café, et nous attendent devant.
Première recherche sur google "transport bijoux jaipur" et on tombe sur ça:

Témoignages

Quelques témoignages assez flippants de l'arnaque. Bref, le Khrisna soit disant digne de confiance nous a bien amené dans un traquenard. Vu les témoignages, ça peut mal se passer même si on refuse le deal. Ils savent dans quelle guest house on est, qui est peut etre également dans le coup (ils connaissaient bien Khrisna et Lucky en tout cas). On veut prendre un rickshaw, rentrer à la guest house, prendre nos affaires et partir, mais ils nous attendent devant.. Je prétexte une fois encore devoir repasser par la guest house, parce que je me sens pas bien. Ils nous y ramenent, mais ne partent pas. Nous attendent sur la terrasse. Hm. Ils veulent encore nous amener à une soirée ce soir.. Je leur dis ok pour la soirée, je vais faire la sieste, qu'ils repassent ce soir nous prendre.
Ca y est, nous sommes seuls, on peut enfin partir. Ah non, notre laundry (linge sale qu'on avait laissé à laver) qui devait être près pour le début d'après midi, ne sera dispo que ce soir.. le réceptionniste de la guest house s'inquiete de savoir si on check out.. hm, mélange de parano et de stress.
Bref, on finira par récuperer notre linge vers 19h30, juste avant que Khrisna débarque nous prendre pour 20h..
Direction la gare de bus, et c'est parti pour Pushkar. Ce petit flip est déjà derriere nous, et la charmante ville de Pushkar est toute proche :)

4 - rentrer chez soit de nuit à Pushkar

Dans le bus pour Pushkar, nous sympatisons avec un couple de francais super sympa, Christophe et sa copine, Fred, avec qui nous passerons quelques jours.
C'est le premier jour que nous sommes là, et on ne connait pas encore la ville et ses dédales de rues.
Nous passons la soirée dans leur guest house et les quittons vers minuit. On n'avait pas imaginé ce qui nous attendait..
Seulement 400m doivent séparer leur guest house de la notre, lorsqu'on connait le chemin.. Et c'est parti pour traverser le labyrinthe formé par ses étroites ruelles, certaines doivent à peine faire 1m50 de large. Pas un indien en vie dans les rues, pas un shop ouvert à cette heure là, par contre, des chiens sont là, et en mass.. La nuit c'est leur territoire. Ils y en a par dizaine, où qu'on aille, et ils se montrent aggressifs, aboient non stop et nous suivent.
En Inde, les chiens sont peureux, considérés comme la réincarnation des voleurs, ils sont maltraités.
En journée on n'en voit pas trop, mais la nuit la ville leur appartient, ils forment des meutes nombreuses dans toutes les rues. Il va falloir les affronter. On s'avance dans une ruelle qui théoriquement est la bonne direction, face à nous se dressent 4 chiens, qui nous fixent en aboyant sans interruption. Ils nous bloquent le passage et derriere eux, nous en entendons qui se battent.. Pas encourageant pour avancer plus loin. Demi tour, nous retombons sur la premiere intersection. De la rue d'où nous sommes arrivés, des chiens qui nous ont suivis barrent maintenant le passage, 2 rues sur 4 sont donc maintenant infranchissables. Sur les 2 restantes, une mène à l'opposé de là où nous devons aller, l'autre on ne sait où.. Bref c'est celle là qu'on prend. On avance, pour tomber sur un nouveau petit carrefour, et de nouveaux chiens.. sachant que les autres nous suivent encore, à une certaine distance. On peut les faire fuir, ils reculent de 3m, puis nous refont face en aboyant d'autant plus fort.. Ce petit manège a duré 15-20min, avancer dans des ruelles, faire demi tour, faire reculer un peu les chiens, pour qu'ils reviennent et en plus grand nombre.. On s'est même retrouvé pris au piège dans une impasse, avec une petite dizaine de chiens nous bloquant l'issue de l'autre côté..
Nous passons enfin devant une guest house référencée dans le Lonely. Parfait pour voir sur la carte où nous sommes. Mauvaise nouvelle, on est encore plus éloigné de notre objectif qu'au départ.. Et pour avoir eu une vue d'ensemble sur les ruelles qui menent au Lac sur lequel se trouve notre guest house, pas une n'est pas remplis de chiens sauvages..
On se réengage dans les rues, puis pas longtemps après, nous croisons enfin un indien. Il est à moto. On l'arrête, pour lui demander la direction. Il nous l'indique, et s'inquiete de savoir si tout va bien.. On lui explique la galère avec les chiens qui bloquent les rues. Il fait demi tour, nous dit de monter, et hop nous ramène jusque devant la porte de notre guest house.. Il refuse qu'on lui donne quoi que ce soit, c'est normal pour lui de rendre service. Merci à lui, je ne sais pas comment on aurait fait sinon.. :)

Bon finalement, on a compris le fonctionnement du train et du site pour réserver, on a aussi appris à être vraiment vigilant avec les indiens qu'on rencontre, et ne pas trop s'éloigner de la guest house la nuit :)

Depuis Pushkar, on est allé à Jodhpur, Jaisalmer, Udaipur, et nous sommes maintenant à Bundi, petite ville pas trop touristique du Rajasthan.

Mais c'est Marie qui vous racontera tout ça dans son prochain post, qui devrait arriver avant Noël, promis!